Création d’un point de restauration sur windows10 :

Création d’un point de restauration sur windows10 :

1-Dans la barre de recherche Windows saisir « créer un point de restauration ».

img1

Ensuite cliquer dessus.

img2

Vous devez bien  Sélectionner le disque sur lequel vous voulez créer le point de restauration.

2-Et faites « créer… » Ensuite vous pouvez ajouter une description et puis faites un clic sur « créer » de nouveau  puis « fermer ».

img3

3-Vous devrez choisir l‘endroit de sauvegarde il suffit ensuite de faire un double clic sur la sauvegarde pour lancer le processus de restauration. Après la restauration vous perdrez toutes les données prise entre la création du point de restauration et le processus de démarrage du point de restauration.

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

Installation et création d’une machine virtuelle

Installation et création d’une machine virtuelle

1-Vous pouvez commencer par installer Virtual Box en allant sur le site officiel  « virtualbox.org. »

img1.pnj

2-Vous pouvez ensuite cliquer sur « Download ».

3-Exécuter le fichier  « .exe »puis procéder à l’installation.

Ensuite lancer Virtual Box.

4-Sur la page d’accueil vous pouvez créer des machines virtuelles  via le bouton « nouvelle ».

img2

5-Ensuite vous pouvez saisir un nom, le type d’OS et la version puis faites  créer

img3

Laisser les paramètres par défaut et faites créer de nouveau.

img4.

Voilà votre machine virtuelle est opérationnelle.

6-Vous pouvez la lancer via le bouton démarrer.

img5

Si aucune iso n’a été mise on vous demandera de la sélectionner au démarrage de la machine comme ci-dessous ou de la charger depuis votre ordinateur suite à cela la machine virtuelle ce lancera.

img6

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

IPv4 et IPv6 c’est quoi ?

IPv4 :

Le protocole IPv4 ou Internet Protocol version 4 est la première version d’Internet Protocol (IP) à avoir été largement déployée, et qui forme encore en 2019 la base de la majorité des communications sur Internet, par rapport à l’IPv6 qui est en cours de déploiement. Selon IPv4, les adresses IP sont effectivement en nombres binaires sous forme de 0 et 1. Mais ils peuvent également être écrits comme des nombres décimaux séparés par un point. Chaque interface d’un hôte IPv4 se voit attribuer une ou plusieurs adresses IP codées sur 32 bits qui équivaut à 4 octets. Au maximum 4 294 967 296 (soit 2^32) adresses peuvent donc être attribuées simultanément en théorie mais en pratique, un certain nombre ne sont pas utilisables.

IPv6 :

2 ^ 32 est un grand nombre, mais il ne suffit pas pour accueillir la population croissante de périphériques connectés à Internet comme les ordinateurs portables, les tablettes, les smartphones, etc. Par conséquent, le protocole IPv6 a été créé. Il dispose d’un grand espace d’adressage de 128 bits. Et le nombre total d’adresses uniques sont 2 ^ 128. Ainsi, la limite des adresses IP ne va pas être dépassée pendant de nombreuses décennies ou peut-être des siècles.

L’adresse IPv6 128 bits est un peu différente de l’adresse IPv4. Chaque groupe est séparé par un deux points ( : ) au lieu d’un point, il représente 16 bits sous la forme de quatre chiffres hexadécimaux. Les 64 bits de l’adresse IPv6 représentent l’adresse réseau utilisée pour le routage et les 64 bits restants fournissent des détails sur l’interface réseau de l’hôte.

IPv4 IPv6
Adresses codées sur 32 bits en décimal, soit 4,3 Milliard de possibilités. Adresses codées sur 128 bits en hexadécimal, soit 1 adresse par millimètre carré…
Utilisation possible de la fonctionnalité NAT pour étendre les limitations d’adresses (IP publiques/privées). Ne supporte pas la fonctionnalité NAT dans la conception (il y a assez d’adresses disponibles pour tous…).
Les administrateurs doivent utiliser un DHCP pour attribuer dynamiquement des adresses IP, ils peuvent également le faire statiquement. Les hôtes peuvent utiliser l’auto configuration sans état pour assigner une adresse IP à eux-mêmes. Il est toujours possible d’attribuer une adresse statiquement ou par le biais d’un DHCP.
Le support de l’IPSec est un concept optionnel pour protéger les paquets IP par le biais du chiffrement, de l’authentification par les pairs, de l’intégrité des données et du système « antireplay ». IPSec est supporté nativement par l’IPv6 mais il n’est pas nécessaire de le configurer pour faire fonctionner de l’IPv6.
L’en-tête IPv4 contient de multiples partis. L’en-tête IPv6 a été simplifié comprenant des options si des extensions sont nécessaires à l’en-tête.
Utilisation du Broadcast (Diffusion) pour différentes fonctions comme l’ARP (Address Resolution Protocol). Les « Broadcast » ne sont plus utilisés et sont remplacés par NDP, aussi appelé ND (Neighbor Discovery Protocol), qui se base sur du « multicast » (Multidiffusion). ND permet de découvrir automatiquement des adresses réseaux IPv6 ainsi que d’autres choses comme les routeurs. ND utilise la nouvelle version d’ICMP (v6) pour exécuter la majeure partie de ses fonctionnalités.
Support des protocoles de transport (couche 4) TCP et UDP. Support des protocoles de transport (couche 4) TCP et UDP.
Support des applications communes de la couche application (ex : http, ftp…) encapsulées pour les protocoles de la couche 4. Support des applications communes de la couche application (ex : http, ftp…) encapsulées pour les protocoles de la couche 4.
Support des technologies communes de la couche liaison de données comme les standards Ethernet ainsi que les standards WAN. Support des technologies communes de la couche liaison de données comme les standards Ethernet ainsi que les standards WAN.
Une adresse IPv4 est séparée en deux parties : une partie réseau (partie gauche de l’adresse) ainsi qu’une partie hôte (partie droite de l’adresse). Une adresse IPv6 est séparée en deux parties : une partie réseau (partie gauche de l’adresse) ainsi qu’une partie hôte (partie droite de l’adresse). En IPv6, la partie hôte est appelée « host ID ».
Utilisation d’un masque de sous-réseau en décimales pointées (ex : « 255.255.255.0 ») ou en notation CIDR (ex : « /24 ») pour identifier la délimitation entre la partie réseau et la partie hôte. Utilisation d’un masque de sous-réseau en notation CIDR (ex : « /64 ») pour identifier la délimitation entre la partie réseau et la partie hôte.

Conclusion :

 Les  appareils devront prendre en charge les protocoles IPv4 et IPv6 jusqu’à ce que l’IPv6 soit omniprésent sur Internet.

Il ne faut pas nier le fait que l’IPv6 soit meilleur que l’IPv4 dans de nombreux aspects. Il existe depuis plus d’une décennie. Pourtant, son déploiement n’est pas facile malgré le fait que l’espace d’adressage IPv4 est saturé. Cela pourrait être dû à une amélioration constante de l’IPv4, comme le NAT et le CIDR, qui permettent une utilisation efficace du pool d’adresses IP limité.

De nombreux systèmes de noms de domaine supportent désormais les adresses IPv6. Par exemple, Google DNS public. Selon la visualisation d’adoption d’IPv6 d’Akamai, la Belgique a le taux d’adoption le plus élevé de 50,26%, suivie de la Grèce à 45,01% et de l’Allemagne à 46,21%. Ce nombre augmenterait à l’avenir, car de plus en plus de personnes, d’organisations et de gouvernements prennent conscience des avantages d’IPv6.

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.f

Pénurie d’adresses IPV4

C’est désormais officiel : le registre RIP-NCC qui alloue les adresses IP en Europe et au Moyen-Orient annonce avoir attribué les dernières adresses IPv4 de son dernier bloc d’adresses. L’organisme explique qu’il continuera à recevoir sporadiquement de nouvelles adresses libérées par leurs utilisateurs, mais leur nombre ne suffira plus à suivre la demande. Le RIP-NCC exhorte les acteurs du marché à faire davantage pour accélérer la transition vers IPv6.

La principale conséquence de cette pénurie d’adresses, dans les prochaines semaines, c’est que certains internautes pourraient faire l’expérience d’erreurs de géolocalisation rendant certains sites comme Netflix inaccessibles. Pour éviter de rencontrer trop de perturbations, les internautes sont encouragés à rendre leur accès résidentiel, mobile et réseau local compatible avec les adresses IPv6 de sorte que la transition soit la plus transparente possible.

L’Arcep tirait déjà la sonnette d’alarme dans la foulée d’un communiqué du RIPE NCC il y a quelques mois. Le RIPE-NCC expliquait alors qu’il y avait déjà plus de demandes que d’adresses disponibles : « une fois que nous ne pourrons plus allouer d’équivalents de blocs de /22 adresses, nous annoncerons que nous avons atteint une pénurie. Nous nous attendons que cela survienne en novembre 2019 ».

Il n’y a plus d’adresses IPv4 : passez à IPv6 !

L’Arcep avait initialement prévu l’arrivée de cette échéance au 7 novembre 2019 : « une liste d’attente existe permettant de récupérer des adresses IPv4 rendues au RIPE-NCC, mais peu d’adresses le sont. Internet ne cessera pas de fonctionner mais cessera de grandir. La transition vers IPv6 est une nécessité vitale ». Utilisé depuis 1983, le protocole IPv4 peut adresser jusqu’à 4,3 milliards d’utilisateurs, en comptant les adresses locales que votre routeur résidentiel peut utiliser, c’est à dire 192.168.xxx.xxx, 172.16.xxx.xxx ou 10.xxx.xxx.xxx.

A l’époque, personne n’imaginait le succès d’internet tel qu’on le connait aujourd’hui – et ce qui semblait être un nombre largement suffisant d’adresses a vite révélé ses limites. Si bien que dès les années 1990, des chercheurs commencent à développer son successeur, IPv6. Mais le passage à cette technologie est lent, très lent. IPv6 représente encore une infime partie du trafic internet, malgré l’urgence de la transition – accentuée par l’arrivée sur le réseau de milliards d’objets connectés dans les prochaines années.

Pour pallier aux besoins immédiats, les FAI peuvent partager des adresses IPv4 entre plusieurs clients. Le problème, c’est que ce partage s’accompagne de limitations. D’abord, relève l’Arcep, cela rend « complexe le maintien d’IPv4 ». Ensuite, certains usages d’internet deviennent pratiquement impossibles, en particulier « le pair-à-pair (ou peer-to-peer), l’accès à distance à des fichiers partagés sur un NAS (serveur de stockage en réseau) ou à des systèmes de contrôle de maison connectée, certains jeux en réseau ».

L’autre problème c’est que cela risque de compliquer certaines actions en justice : « de nombreuses personnes […] pourraient être citées en procédure alors même que les enquêteurs ne s’intéressent qu’à un seul suspect », relève Gregory Mounier, d’Europol, cité par l’Arcep. Enfin, cela peut déboucher sur des situation de géoblocage inédites : « un opérateur qui achète des adresses IPv4 à un acteur étranger prend le risque que ses clients soient pendant de nombreux mois localisés hors de France, bloquant ainsi de nombreux services ».

Pénurie d’adresses IP : il n’y a plus le choix, il faut passer à IPv6 au plus vite

A ce stade, il n’y a donc d’autre choix que d’accélérer la transition « quasi-totale » à IPv6. Mais pour l’utilisateur, c’est encore compliqué. Tous les opérateurs et FAI ne proposent pas encore, en effet, l’IPv6. Dans d’autres cas, c’est une option qu’il faut activer. Ainsi, Free, Orange, Coriolis Telecom et Orne THD proposent déjà l’IPv6 activé par défaut sur les accès fixes. Bouygues Telecom ne le propose pas encore sur toutes les connexions. Et chez SFR, il faut aller manuellement l’activer.

Sur mobile, c’est la même chose : Orange et Bouygues sont les seuls à proposer l’IPv6 – que vous devez activer dans les paramètres de votre smartphone Android, ou, si vous êtes sur iPhone, en appelant le service clients. Devant l’urgence, et pour éviter les problèmes dont nous vous parlons plus haut, l’Arcep a mis en place une « Task Force » regroupant les FAI, opérateurs, et des entreprises, pour les aider à accélérer la transition

La téléphonie sur IP

1/Qu’est-ce que c’est la téléphonie sur IP ?

La téléphonie sur IP consiste à communiquer par la voix via Internet ou sur tout autre réseau acceptant le protocole TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet Protocol). C’est une excellente façon de faire et de recevoir des appels à l’aide d’une connexion Internet à large bande passante.

Elle route les conversations vocales sur internet ou un réseau informatique, grâce au protocole IP, en transférant des paquets constituant la voix numérisée sur un réseau IP vers une application qui effectuera la transformation inverse : des paquets vers la voix. Il y a  deux types de téléphone sur IP : la VoIP et la ToIP.

2/Qu’est-ce que c’est la VoIP ?

La VoIP est un système qui permet de transformer les signaux audio analogiques en données numériques. Ce n’est alors que la diffusion du flux de la voix sur les réseaux internet. Elle est notamment présente sur de nombreux ordinateurs, smartphones par exemple. C’est donc une technologie chargée de transporter la voix sur l’un de ces réseaux. Pour transmettre les paquets, on utilise RTP qui est un protocole adapté aux applications qui présente des propriétés en temps réel.

L’objectif de la VoIP est d’assurer une certaine interconnexion de PABX en encapsulant en parallèle, la voix numérisée dans des paquets IP. Ils sont ensuite véhiculés au sein du réseau de données comme des paquets.

Elle peut faciliter des tâches et fournit des services qu’il serait difficile à mettre en place en utilisant le réseau RTC (lignes téléphoniques traditionnelles). L’un de ses exemples est Skype.

3/Qu’est-ce que c’est la ToIP ?

La ToIP est la téléphonie sur IP qui permet de transmettre des communications vocales à travers des réseaux IP. Elle donne accès à des fonctions et des applications qui permettent l’amélioration de la productivité de l’entreprise. C’est aussi une technologie qui contribue au processus de décloisonnement. Elle permet d’associer un utilisateur à une URI SIP et peut s’utiliser sur un ordinateur relié au réseau internet, se rajouter en plus sur un réseau téléphonique traditionnel existant avec une passerelle, s’utiliser en multi-sites à l’aide d’un opérateur adéquat par exemple.

L’objectif de cette solution est d’offrir des services de téléphonie classique en apportant aux utilisateurs une qualité de service. Ainsi, en offrant la possibilité de faire circuler les communications voix sur les réseaux de données, la ToIP met un terme à la cohabitation entre deux réseaux distincts.

Pour que la ToIP puisse fonctionner, elle a besoin de postes téléphoniques IP, d’un standard téléphonique IPBX, d’une passerelle IP qui établira la liaison au réseau de téléphonie fixe. La ToIP est vu comme un routeur qui crée une connexion entre le réseau LAN et le réseau WAN. Cette technologie permet donc d’utiliser une infrastructure existante de réseau IP pour raccorder des terminaux IP.

Pour supporter la ToIP, un serveur qui possède une adresse MAC est réservé à l’hébergement d’un logiciel de téléphonie qui gère un ensemble d’appels. Le serveur est ici équipé d’une carte réseau puisqu’il a besoin d’une adresse MAC.

Utiliser la ToIP c’est acquérir du matériel tel que des cartes (exemple SIP), des équipements réseaux, serveur IPBX, terminaux téléphoniques, opérateurs SIP qui vont permettre d’acheminer les appels entrants et sortants.

ToIP est constitué de plusieurs architectures à savoir : Une architecture Full IP, une architecture hybride et l’architecture centrex.

Le premier est basé sur deux modèles, la voice gateway située à l’exterieur de l’entreprise et une autre, à l’interieur de l’organisation. Ici, toute la téléphonie est véhoculée sur le réseau de l’entreprise à partir des IP Phones.

Le second, à savoir l’architecture hybride, repose sur un principe : utiliser la ToIP que lorsque vous souhaitez communiquer des systèmes classiques entre eux. On retrouve ici le PABX traditionnels. De surcroît, cette architecture se base également sur deux autres types d’architecture hybride, dans le cas où la ToIP est utilisée à des fins téléphoniques entre différents sites d’une entreprise, et l’autre concerne le cas où la ToIP sert à accéder aux réseaux téléphoniques publics par le biais d’un fournisseur ToIP.

Enfin, la troisième architecture, l’architecture Centrex repose sur le fait que toute la téléphonie est assurée par des téléphones IP qui sont reliésau réseau. Le proxy SIP et la voice gateway n’appartiennent, ainsi, plus à l’organisation mais à l’opérateur Centrex. C’est un opérateur externe.

Concernant la VoIP, elle ne contient pas les mêmes besoins que la ToIP. Elle aura notamment besoin d’un adaptateur IP, d’un centrex IP et d’un auto-commutateur.

4/Quelle est la différence entre la ToIP et la VoIP?

La ToIP se limite au réseau IP local tandis que la VoIP, elle, exerce son action sur les transmissions de signal vocal entre une entreprise et un opérateur téléphonique.

Ils possèdent tous deux un langage commun qui leur garantie une certaine interopérabilité à savoir, le SIP (Session Initiation Protocol).

Ici, le fonctionnement est simple, la voix est transformée en données par le biais d’un protocole IP qui circulent ensuite à partir d’un réseau web, puis retranscrites en voix à l’interlocuteur. La VoIP s’appuie sur cet enchainement-là alors que la ToIP constitue, quant à elle, une autre catégorie de communications. Elle regroupe tous les échanges de téléphone à téléphone. La ToIP repose plutôt sur les communications vocales qui sont converties en paquets de données.

La VoIP est importante dans le sens où les protocoles IP fonctionneront correctement sur n’importe quel type de réseau.

Ces deux solutions s’appuient sur deux types de paramètres, l’IPBX et la VoIP Centrex.

5/Quelles sont leurs avantages et leurs inconvénients ?

Pour les VoIP :

Les avantages Les inconvénients
Plus rapide à mettre en œuvre. l’ouverture des lignes entraîne des frais d’installation
Facile à mettre en place.
Flexible. Obligation de s’abonner puisque chaque ligne fait office d’abonnement
Economiser parce qu’il y a une réduction des frais de téléphone.
Maintenance et gestion transparentes. Un réseau moins sécurisé
Réduction également de la vidéoconférence.
Vous pouvez gérer le réseau en temps réel. Sa fiabilité
Collaboration en temps réel et facilitée.
La téléphonie est centralisée.  Sa qualité de communication, de voix
Elle octroie des fonctionnalités à haute valeur ajoutée.
Facilité l’administration puisque toutes les installations sont hébergées chez un opérateur.

Pour les ToIP :

Les avantages Les inconvénients
Réduit les coûts de la téléphonie mais aussi de l’infrastructure Technologie émergente puisque celle-ci n’étant pas encore mature
Réduction des frais de câblage
Réduction des frais d’administration du réseau Qualité de la retransmission qui est mauvaise
Flexible
Permet d’améliorer la productivité d’une entreprise  Peut causer des problèmes de latence
Standards ouverts et interopérabilité multi-fournisseurs Dépend de l’infrastructure
Architecture réseau et maintenance simplifiées Des morceaux de conversation peuvent manquer parce qu’il est possible que des paquets se perdent pendant le transfert
Téléphonie gérée comme un réseau

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

La prise en charge de Windows 7 prendra fin le 14 janvier 2020

La prise en charge de Windows 7 prendra fin le 14 janvier 2020

Microsoft s’est engagé à assurer pendant 10 ans le support de Windows 7, lors de sa parution le 22 octobre 2009. À la fin de cette période de 10 ans, Microsoft cessera de prendre en charge Windows 7 afin de consacrer ses investissements à la prise en charge de nouvelles technologies et de nouvelles expériences. Le jour de la fin de la prise en charge de Windows 7 sera précisément le 14 janvier 2020, vous aurez ce message sur votre écran :

Chaque version de Windows possède un cycle de vie. Le cycle de vie commence lorsqu’un produit est mis sur le marché et s’arrête lorsque son support n’est plus assuré. Les dates clés du cycle de vie vous permettent de savoir quand effectuer une mise à niveau ou d’autres modifications relatives à votre logiciel. Le tableau ci-dessous regroupe les fin de support selon les version de Windows :

 Systèmes d’exploitation clients  Dernier Service Pack ou dernière mise à jour  Fin du support standard  Fin du support étendu
  Windows XP  Service Pack 3  14 avril 2009  8 avril 2014
  Windows Vista  Service Pack 2  10 avril 2012  11 avril 2017
  Windows 7  Service Pack 1  13 janvier 2015  14 janvier 2020
  Windows 8  Windows 8.1  9 janvier 2018  10 janvier 2023
Windows 10, lancé en juillet 2015  Non applicable  13 octobre 2020  14 octobre 2025

Sans le support Microsoft, vous ne recevrez plus les mises à jour de sécurité qui permettent de protéger votre PC des virus dangereux, logiciels espions et autres logiciels malveillants susceptibles de voler vos informations personnelles.

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

Optimisation de Windows 10

Optimisation de Windows 10:

Avant toute chose créer un point de restauration

Si vous avez un SSD il est préférable de mettre Windows 10 dessus.

1-Effacer les fichiers temporaires, pour cela.

Commande « Windows + R » et dans la barre de recherche vous pouvez  taper « %temp% » et vous  cliquerez  sur ok.

img1

Puis Ctrl A  et clic droit  « supprimer ».

img2

2-Ranger vos icônes sur le bureau, dans un dossier par exemple.

3– Vous pouvez désactiver les surcouches Windows  pour améliorer les performances à l’aide du logiciel O&Oshutup10 gratuit et très simple d’utilisation. Faites taire l’espionnage de Windows 10 !

img4

4-Dans régler l’apparence et les performances de Windows vous pouvez désactiver aussi les effets visuels comme les ombres sous les fenêtres etc…img9

comme ci dessous

img10

5- Vous pouvez aussi désactiver les programmes inutiles de Windows comme Cortana, les notifications, les paramètres de confidentialité comme les applications en arrière-plan.

img7.pnj

img5

Pour les utilisateurs plus expérimentés:

6-Vous pouvez désactiver les services au démarrage de Windows 10 dans le gestionnaire des tâches. Ce qui aura pour effet de lancer plus vite et d’alléger Windows 10 au démarrage.

img3

Si vous ne savez pas à quoi servent les programmes, ne rien faire.

7-Vous pouvez supprimer la mise en veille prolongé via l’invite de commande en tapant cmd dans la barre de recherche Cortana

img8.pnj

En tapant:

« powercfg  –h off »

img11

cette commande désactive la mise en veille prolongée, vous gagnez de 4 à 6 go d’espace sur le disque C :

Pour la réactiver   « powercf –h on ».

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

Le chantage au faux virus

Votre ordinateur est victime d’un virus ? Attention aux fausses alertes !

faux-virus1

faux-virus2

Vous étiez sur internet quand tout à coup une fenêtre c’est affichée indiquant que votre ordinateur est bloqué et qu’il faut contacter le support technique par téléphone. N’appeler surtout pas le numéro (surtaxé), c’est une arnaque !

Votre ordinateur n’est ni infecté, ni bloqué il s’agit en réalité d’une simple fenêtre de publicité intempestive (pop-up).

La solution face à ce type d’escroquerie est :

Quitter votre navigateur (Firefox, Chrome, etc…) en cliquant sur la croix en haut à droite  de votre programme.

Si cela ne marche pas : appuyer simultanément sur les touches Alt et F4.

Si rien ne se passe, combiner les touches Ctrl, Alt et Suppr. Si le gestionnaire des tâches s’ouvre, il vous indique le statut des applications ouvertes : sélectionnez votre navigateur, puis cliquer sur « fin de tâche ».

Si le gestionnaire des tâches ne s’ouvre pas et que vous ne parvenez pas à quitter votre navigateur, redémarrer votre ordinateur en maintenant le bouton On/Off pendant 3 secondes.

Au redémarrage le message ne devrait plus réapparaître.

 

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

Qu’est-ce qu’un VLAN

Un VLAN (Virtual Local Area Network ou Virtual LAN, en français Réseau Local Virtuel) est un réseau local regroupant un ensemble de machines de façon logique et non physique.

Les VLAN présentent les intérêts suivants :

  • Améliorer la gestion du réseau.
  • Optimiser la bande passante.
  • Séparer les flux.
  • Segmentation : réduire la taille d’un domaine de broadcast.
  • Sécurité permet de crée un ensemble logique isolé pour améliorer la sécurité. Le seul moyen pour communiquer entre des machines appartenant à des VLAN différends est alors de passer par un routeur.

imageVLAN

 

 

 

 

 

Il y a plusieurs types de VLAN :

  • Le VLAN par port, en anglais Port-Based VLAN définit un réseau virtuel en fonction des ports de raccordement sur le commutateur.

 

  • Le VLAN MAC, en anglais MAC adresses-based VLAN consiste à définir un réseau virtuel en fonction des adresses MAC des stations. Ce type de VLAN est beaucoup plus souple que le VLAN par port car le réseau est indépendant de la localisation de la station.

 

  • Le VLAN par sous-réseau en anglais network adresse-based VLAN associe des sous-réseaux selon l’adresse ip source des datagrammes. Ce type de solution apporte une grande souplesse dans la mesure où la configuration des commutateurs se modifient automatiquement en cas de déplacement d’une station. En contrepartie une légère dégradation de performances peut se faire sentir dans la mesure où les informations contenues dans les paquets doivent être analysées plus finement.

 

  • Le VLAN par protocole en anglais protocole-based VLAN, permet de créer un réseau virtuel par type de protocole regroupant ainsi toutes les machines utilisant le même protocole au sein d’un même réseau.

 

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr

Windows 10 : Assistant Stockage

Activer Assistant Stockage

 

L’outil de nettoyage de disque dans Windows 10 est devenu obsolète son successeur est : Assistant Stockage.

Assistant Stockage peut libérer de l’espace automatiquement ou manuellement en supprimant des fichiers inutiles.

 Pour l’activer ouvrir le menu « paramètres ».

1

Puis cliquer sur : « stockage » et cocher la case « Activé ».

2

Ensuite cliquer sur : « Modifier la manière dont nous libérons de l’espace ».

Puis sélectionner : « Lorsque Windows estime que c’est nécessaire ».

3

Votre ordinateur est désormais configuré pour supprimer les fichiers temporaires et optimiser votre espace disque.

Si vous avez un projet et que vous souhaitez un accompagnement sur l’évolution de votre parc informatique. Globanet se tient à votre disposition pour vous faire une étude sur mesure. Merci de nous contacter par Email : devis@globanet.fr